Les Nouveaux Héros D'Elendra

Bienvenue dans la cité D'Elendra
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Danthorïn, Lorndor (revus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Danthorïn

avatar

Nombre de messages : 483
Age : 30
Localisation : Un peu partout
Devise : Tout passer par le feu est le meilleur moyen de construire.
Classe : Magicien dégénéré
Orientation : Allianceux chaotique
Date d'inscription : 22/11/2008

MessageSujet: Danthorïn, Lorndor (revus)   Sam 24 Oct - 16:07

Cycle premier
Lorndor


Chapitre premier : L’obscur passé de Danthorïn

Le vent du nord souffle au dehors, faisant claquer les volets contre les murs de l'auberge du poney fringant. Au vus de la couleur du ciel, la neige ne va pas tarder à recouvrir le Lorndor. Pour une fois, il est bien content d'être à l'intérieur. La vie n'est pas la plus agréable dont il puisse rêver, mais au moins il est au chaud.
Danthorïn, jeune nain d'une quarantaine d'année. Plongeur de l'auberge du poney fringant. Comment ce nain était-il arriver là ? Toute une histoire.

Vingt ans auparavant. Par un beau jour de printemps, les cerisiers des terres humaines étaient en fleur, le rose qu'il dégageaient mettaient du baume au cœur des voyageurs. Un voyageur n'y prêtait pourtant guère attention.
Il s'agissait d'un nain, plutôt chétif à dire vrai. Peut-être un peu plus grand que la moyenne, un peu moins de quatre pieds et demi, il était beaucoup plus maigre que ses congénères que l'on avait l'habitude de voir par ici. Les nains voyageant dans les terres humaines sont généralement de ces nains frappés de blason de l'alliance, des nains habitués aux tavernes et aux beuveries qu'elles accueillent, avec un embonpoint en conséquence.

L'alliance. Qu'était-ce donc ? Le jeune nain l'ignorait et ne le saurait pas avant de nombreuses années. Elle était pourtant sur toutes les lèvres encore, à cette époque. L'union des races petites, les nains et les gnomes, avec les races longues, les humains et les elfes, opposée aux membres de la horde composées par les orcs, les trolls et les Taurens. Horde qui combattait souvent de pair avec les légions morts-vivantes qui avaient installé leur nécropole au nord des terre s humaines et n'avait pas pu être délogés depuis lors.
Cette alliance et cette horde se partageaient à présent les vrais pouvoirs sur les terres du Lorndor. Le Lorndor, nommé "terre des mages" en raison du grand nombre d'adeptes de la magie en son sein. Pays-continent placé au centre des cartes du monde, entre le continent deux fois plus grand de Parlansia, à l'est, et celui trois fois plus grand de Lunargorn à l'ouest, tous deux séparés par de vastes océans.

Mais revenons en a notre jeune nain, isolé sur les routes du sud du Lorndor. Il avait à cette époque une barbe rousse fournie, mais à peine peignée et tressée rapidement, sans grande attention. Sa chevelure était d’un roux flamboyant et des yeux bruns foncés étaient toujours brillants d’ingéniosité
Sa tenue était des plus négligée en revanche, une tenue de laine brune et une cape beige délavée sans grand intérêt. En somme, il était un nain ressemblant d'avantage à un jeune saltimbanque humain.

Il se nomme donc Danthorïn. Il est originaire de nul part et ne va nul part. Voilà probablement comment on pourrai le définir au mieux. Quelque années auparavant il était apparus sur les routes du sud et depuis il vagabondait, se nourrissant de ce qu'il trouvait sur sa route.
Les gras pigeons qu'il parvenait à attraper en ville, tantôt, lui fournissaient un repas convenable. Lorsqu'il avait moins de chance il lui fallait se contenter de la chair dure et élastique de rats. Parfois, il se risquait à prendre une miche de pain, dans le dos des boulangers, et le plus souvent cette étape était la dernière avant qu'il ne quittes la ville qui l'avait hébergé ces jours derniers, en toute urgence.

Une famille. Danthorïn en possédait bien une, autrefois, mais s'il l'avait quitté c'est qu'il y avait une sombre histoire. Ce jeune nain ne provient pas d’une des nombreuses familles de nains sous la montagne. Il n’a que très rarement visité les glorieuses citées naines sous les monts de fer, n’a qu’entrevu des puits de mithril et, pire que tout, n’as jamais utilisé de marteaux pour forger ces armures dont les nains sont si fier.
En fait, Danthorïn a passé toute son enfance en voyages dans les plaines et les forêts entre les villes des humains et des elfes. Le plus souvent caché sous des draps dans de vieilles charrettes à bœufs avec ses parents. Ses parents... Ses parents n'étaient pas des nains moyens.
Son père était un mage d'exception, un mage des flammes très doué. Sa mère n'était pas moins douées et elle commandait pour sa part à la terre. Seulement ces deux nains n’utilisaient pas leurs pouvoirs, comme la majorité des nains, pour creuser des tunnels ou faire fondre le métal dans les forges. Les parents de Danthorïn étaient des mages de guerre, des mercenaires chaotiques qui passaient leur temps à voyager dans les terres des hommes et des elfes pour y accomplir des basses besognes, des assassinats discrets que les gens de grande taille ne pouvaient-accomplir.

Ses parents, le jeune Danthorïn les avait quitté lorsqu'une occasion s'était présentée, alors âgé d'une dizaine d'années seulement. Jeune, il l'était. D'autant plus jeune que l'âge de maturité chez les nains est seulement autour de la quarantaine de cycles solaires. Mais aveugle il ne l'était pas, et il était pleinement conscient que les actes de ses parents n'étaient pas ceux de héros.
Quitter ses parents avait dû être la plus dure des épreuves de sa jeune existence. Les haïr, ou les renier, sans doutes ne le put-il jamais vraiment. Toujours est-il que par une soirée bien arrosée dans une taverne, le jeune nain profita de l'ivresse de son père et de l'absence de sa mère pour s'enfuir à l'elfique... Ou a la naine... L'expression est différente en fonction des contrées.
Ses parents ne devaient jamais le retrouver.

La vie de Danthorïn s'écoula alors, les saisons succédant aux saisons. Les rumeurs de la guerre ne le préoccupaient guère, il passait son temps à éviter les zones dangereuses. Les villes riches et en paix étaient parfaite pour son bien être : c'est là qu'il trouvait le plus facilement de quoi se nourrir dans les rues. Mais jamais Danthorïn ne pouvait oublier une chose : il était un nain, et non un elfe ou un humain. Les camarades de misère qu'il se trouvaient ne restaient jamais longtemps en sa compagnie. Parfois même ces derniers tentaient de le tuer ou de le voler pour l'abandonner. La race a plus d'importance encore chez les petites gens que dans les nobles familles. C'est dans ce contexte que la chose apparue.

Alors qu'il était sur les route depuis cinq ans environ, Danthorïn fit fait la connaissance d'un jeune humain, Tomfat, et de sa bande de garnements, dans une petite ville, Galbonheim, juste à la frontière sud du Lorndor. Le nain s'intégra correctement dans la bande. Sans être aussi vif et habile que ses camarades, Danthorïn compensait par un grand courage et une capacité à porter des trésors plus lourds. Ainsi que par sa capacité à voir les occasion et imaginer des plans particulièrement adroits.
Ses chapardages et ceux de sa bande devinrent vite célèbres dans le quartier commerçant, et les artisans finirent par ne plus tolérer leurs activités. Si bien que finalement, des miliciens furent dépêchés dans le quartier pour attraper le chef de la bande, afin de mettre fin à ses activités.

Malgré la milice, Danthorïn convaincu Tomfat de lever sa bande pour une dernière opération, la plus grande opération qu'ils aient jamais tenté. Il s'agissait de voler les bijoux d'une riche matrone, pendant qu'elle faisait son commerce. Cette matrone était connue pour avoir rudement frappé la semaine précédente un gamin des rues qui mendiait, sous prétexte qu'il lui gâchait la vue.

Danthorïn et Tomfat mirent en place ensemble un plan parfait. Deux membres de la bande devaient garder la porte, pendant ce temps Tomfat ferait la courte échelle au nain, derrière la demeure, pour que ce dernier s'introduise par la fenêtre habituellement laissée ouverte, à l'arrière des cuisines. Ensuite Danthorïn, le plus apte à porter beaucoup de choses en un faible nombre de voyages, ferai passer à ses compagnons tout ce qu'il trouverai par la fenêtre.
Le jour de l'opération venu, les choses ne se passèrent comme le nain les avait prévues.

La matrone partit bien faire son marché, comme à son habitude, avec son serviteur de maison. Les deux membres de la bande désignés pour faire le guet se présentèrent à l'heure et se mirent en position, tandis que Tomfat aidait Danthorïn à pénétrer dans la demeure.
Mais à peine Danthorïn avait-il traversé la cuisine qu'une douleur monumentale lui enveloppa la nuque et il tomba, sans connaissance. Lorsqu'il revint à lui, le chef des milicien était entrain de promettre à Tomfat que lui et ses camarades seraient bien pardonnés, puisqu'ils avaient livré leur chef, à condition de ne plus relancer leurs activités.
Cette trahison fit perdre tout son calme au jeune nain qui devint rouge. Brûlant. Soudain, le milicien qui le tenait, des menottes de fer aux poignets, poussa un cris en lâchant la chaîne : elle était bouillante. Le fer fondis autour des poignets du nain, puis la paille qui se trouvait dans la boutique voisine de la scène prit feu.

Lorsque Danthorïn reprit enfin le contrôle de lui même, il était loin. Loin de la ville, loin de la milice qui avait foncé vers le puits pour stopper l'incendie naissant. Loin des jeunes traîtres qu'il ne reverrait plus. Un seul milicien avait tenté de l'arrêter, tandis qu'il courrait vraisemblablement vers la sortie. Grand mal lui en fut, la main du milicien fut brûlée à un point qu'il ne guérirait sans doutes jamais complètement.
A compté de ce jour, Danthorïn se découvrit jours après jours des capacités nouvelles quand à l'invocation du feu. Au début il ne parvenait à dégager de chaleur que sous l'effet de la colère, mais petit à petit le feu devint réellement son élément et il pu y recourir au prix d'un peu de concentration. La durée pendant laquelle il y recourait sans s'évanouir grandissant petit à petit. Ce n'est toutefois qu'une quinzaine d'année plus tard qu'il parvint enfin à pousser sa maîtrise du feu jusqu'à user d'attaques à distance, jusqu'à lancer de petites boules de feu. Et il n'eut guère loisir d'apprendre à maîtriser sa nouvelle technique à ce moment là.

Arrivant dans une auberge, l'auberge du poney qui tousse, non loin des terres naines, il voulut boire une bière. Breuvage qui lui était encore inconnus. La bière lui fit un drôle d'effet, et au moment ou l'aubergiste lui demanda de payer, Danthorïn était toujours là. Lui pourtant si habile à s'éloigner sans se faire remarquer, sans payer puisqu'il n'avait pas un sous. C'est ainsi que Danthorïn se retrouva « embauché » dans l'auberge.

Mais cette capture était sans doutes un signe du destin, car ce soir d'hiver, le patron appela le jeune nain.

« Hé ! Le mioche ! Y'a un nain qui attends sa commande à la table du dragon, et Harwïn est déjà prit. Prends ce plateau et va le servir illico ! »

Le jeune nain se dirigea vers le plateau en question, puis vers la table du dragon, la table la plus proche de la cheminée où s'asseyaient en général les amis du patron. Lorsqu'il prit la choppe en main pour la servir, ce qui retint l'attention de Danthorïn ce n'était ni l'âge du nain qui lui faisait face, il devait avoir une quarantaine d'année de plus que lui, tout au plus, ni sa stature, pas si impressionnante, et encore moins son équipement, mais sa choppe elle même. Le nain n'avait pas commandé une bière naine mais du lait !
Plus tard, à la fin du service, Danthorïn se rendit compte que le nain buveur de lait était toujours dans la grande salle et discutait avec le patron. Lorsque ce dernier retourna derrière son comptoir, compter les recettes de la journée, comme tous les jours à cette heure, le nain à la table remarqua le regard de Danthorïn et lui fit signe, d'un air amusé, de se joindre à lui. Les deux nains passèrent la nuit suivante à parler ensemble.
Le voyageur s’appelait Olriik et il appartenait à l’une des plus grandes confréries de nains de ces derniers siècles. Captivé par les récit d’Olriik et par la présentation de certaines personnalités de ce clan, à commencer par le maître d’Olriik, Raybak le plus grand mage nain de notre temps, Danthorïn prit finalement la décision de se joindre à cette compagnie dès qu'il serait libre de quitter la taverne, afin d'entamer une nouvelle vie d'aventures.
Le lendemain, Olriik versa une somme rondelette qui libéra le jeune nain du service à l'auberge, malgré les marmonnements du patron, et ils l'emmena avec lui.


Dernière édition par Danthorïn le Sam 31 Oct - 18:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danthorïn

avatar

Nombre de messages : 483
Age : 30
Localisation : Un peu partout
Devise : Tout passer par le feu est le meilleur moyen de construire.
Classe : Magicien dégénéré
Orientation : Allianceux chaotique
Date d'inscription : 22/11/2008

MessageSujet: Re: Danthorïn, Lorndor (revus)   Sam 31 Oct - 18:05

Chapitre second : Les NAINS

Ce n'est que deux jours plus tard seulement, dans la brume matinale, que les deux nains arrivèrent enfin à destination.
Tout au long du voyage, Olriik chevauchait un magnifique griffon voyageur. Ce dernier se contenta toutefois de marcher tout du long, sans déployer ses belles ailes, laissant le jeune nain trotter à ses côtés.
Olriik était un nain fort occupé, responsable du recrutement de son clan, aussi il avait des tâches d'importance à accomplir l'empêchant de faire route vers le palais des sien en droite ligne... Et il lui fallait aussi s'arranger pour avoir des livraisons régulières de lait pour les jours qu'il allait devoir passer dans les terres naines.


« Tu peux compter sur ces têtes de mules pour presque tout et leur confier ta vie sans hésitation. » Dit Olriik au jeune Danthorïn sur la route, au sujet des membres du clan NAINS. « Sauf pour ce qui est de commander des boissons autres que de la bière. J'ai une fois fait la bêtise de leur faire confiance, et ils m'ont servis une bière pleine d'un drôle de colorant blanc. J'ai préféré ne jamais demander ce que c'était. »

C'est aux premières lueurs matinales, et après une nuit passé dans le palais montagneux du royaume nain, que Olriik et son nouveau protégé arrivèrent en vue du palais NAINS.
Ce palais compte parmi les plus impressionnants de tout le Lorndor. Olriik annonça fièrement au jeune nain qu'il était le seul palais datant, pour ses fondations tout du moins, de l'époque de la colonisation des terres sauvages du Lorndor par les nains.

Les murs d'enceinte du palais étaient hauts de quelques vingt-quatre pieds, mais le donjon qui se dressait derrière en faisait bien le triple. La grande poterne d'entrée semblait tenir ses dimensions d'un architecte troll plutôt que nain, si ce n'était que nul troll ne pouvait imaginer pareille splendeur architecturale.
En passant le pont-levis puis les murs larges d'une dizaine de pieds, Danthorïn put observer diverses sculptures et statuettes dans des cavités, recouvrant toute la surface du hall d'entrée.


« Ce sont des gravures comptant la création et l'évolution du palais au court de ces derniers siècles. » Lui expliqua calmement Olriik. « Les statuettes représentent, quand à elles, les visages des chefs régnants successifs des NAINS, mais on t'expliquera ça plus tard. Suis moi. »

Après avoir laissé son griffon au soin d'un nain venus le saluer, qui salua bien bas Danthorïn en se présentant sous le nom de Popeye, gardien du palais, Olriik conduit sa jeune recrue dans la partie principale des constructions internes aux fortifications.
La porte de la bâtisse principale était surmontée d'un blason représentant un palais rouge sur or, en fait le dessin d'une tour sur un fond d'or, et en dessous de celui-ci se lisait en lettres brillantes le nom du clan : Nouvelle Alliance Indépendante des Nains Souverains.
Tout comme la grand porte, les couloirs du palais NAINS étaient colossaux. Les murs comme le sol étaient de pierres de marbre. Lorsque Danthorïn franchit le seuil des lieux pour la première fois, il eu l'impression d'être devenus quelqu'un... Ce n'était pourtant que le début.

Olriik conduit le jeune nain droit devant, directement vers la porte la plus imposante du couloir, au rez de chaussée. Il frappa à la porte puis entra, faisant signe au jeune nain de le suivre.

La salle dans laquelle il pénétrèrent était tout aussi démesurée que le reste du palais. Elle était emplie de colonnes de pierre, le mobilier lui même étant somme toute assez réduit. Une grande table en bois, vraisemblablement de chêne, en ornait le centre, au devant de trois sièges de pierre. Un au centre, seul à avoir un dossier, et deux autres sur chaque côté de la table.

Les deux sièges sans dossiers étaient vides. Celui central, en revanche, était occupé par un nain dont la barbe blanche assez longue et les rides trahissait un âge avancé. Il sembla à Danthorïn que ce nain était assoupis lorsque Olriik le poussa vers le centre de la salle, mais à peine le jeune nain fit-il un pas que le regard du maître nain se posa sur lui. Il avait un regard particulièrement doux et bienveillant.


« Jeune Danthorïn, je te présentes Logibics, chef du conseil régnant de la Nouvelle Alliance Indépendante des Nains Souverains. »

Danthorïn dû alors compter ses aventures et présenter son passé au chef des NAINS. Il raconta donc par quels exploits héroïques il avait survécus aux hordes de loups qui avaient attaqué son convois marchand, enfant, et tué sa famille. Il raconta ensuite comment il avait survécus en mettant ses faibles compétence de magie au service des faibles et des opprimés. Il compta finalement comment il avait prit la décision de chercher plus de stabilités et l'avait trouvé en tant que travailleur dans une auberge, avant que Olriik par ses récits ne le convainque de retourner à l'aventure.

Logibics, pas plus que Olriik, ne le coupa dans ses récits. Lorsque finalement Danthorïn en finit avec son histoire, le chef NAINS demanda à son recruteur de confier le nain à Turgle qui saurait où le « caser ».

C'est ainsi que Danthorïn fit la connaissance du jeune et imberbe Turgle. Nain d'âge semblable à Danthorïn, mais plus expérimenté que lui dans bien des domaines. Olriik les ayant laissé, Turgle présenta rapidement les lieux importants du palais au jeune arrivant. S'il était connus parmi les NAINS comme l'un des plus grands râleurs de l'histoire du clan, Turgle n'en était pas moins la joie de vivre incarnée, et c'est donc dans la bonne humeur que Danthorïn fit la connaissance de certains nains aux détour des couloirs.

Il rencontra d'abord Kiloubye. Un nain au poil sombre et broussailleux d'une centaine d'année. Il avait tout de la carrure du solide guerrier, mais dégageait une forte odeur qui fit presser le pas à Turgle.
Plus loin, lors de la visite des cuisines, Danthorïn fit la connaissance d'une autre jeune nain du nom de Ribère. Lui aussi apprenait la magie lui apprit Turgle, mais plutôt celle inférieure de procurer des soins. Et à peine avait-il finis sa phrase que le nouveau venus fit la connaissance du... Rouleau à pâtisserie de la naine Boulette, rouleau qui lui même trouva la tête de Turgle. Boulette était le Maître attitré du jeune Ribère et membre du Nainpital, organisation spécialité dans le soin des petits bobos du quotidien des NAINS.
Finalement, Turgle conduit Danthorïn à sa nouvelle chambre. Une chambre modeste, pour le clan, mais au delà des rêves du jeune nain qui n'avait connus, au mieux, que des auberges de seconde qualité avec des lits pleins de puces. La chambre à la droite de la sienne était occupée par un nain arrivé quelques jours auparavant du nom de Tchik, avec lequel il fit connaissance le lendemain matin. Un jeune nain au poil blond, aussi perdus que Danthorïn au milieu de cette gigantesque bâtisse.

Le jour suivant Dathorïn et Tchik furent convoqués dans les écuries du palais pour y tester leurs capacités militaires. Arrivés en retard, n'ayant pas trouvé leur chemin, ils furent reçus par le regard noir d'un nain qui devait avoir une cinquantaine d'année de plus qu'eux. Ce dernier ce présenta sous le nom de Evadakedavra, « promu » responsable de la nouvelle génération de combattants NAINS.

Les deux jeunes eurent donc droit à des épreuves.
Tchik sut se servir de sa hache pour découper en rondelles les mannequins qu'on lui présenta. « Presque assez vite pour vaincre une taupe estropiée » commenta Evadakedavra.
Danthorïn, ensuite, reçus la mission d'enflammer un autre mannequin, de paille, à l'aide d'une boule de feu. Au lieu du mannequin c'est le casse-croute de leur enseignant qui prit feu et les deux jeunes nains furent privés de dessert pendant deux semaines.

Au court des soirée, les NAINS avaient pour habitude de se réunir dans la grande salle, autour de la grande cheminée. Certains maîtrisaient assez bien les instruments de musique, en particulier Logibics, et cela donnait lieux chaque soir à de drôles de danses. Dwork, l'un des deux autres chefs siégeant au conseil des NAINS, était l'un des meilleurs danseurs avec Naindefer, le « bouffon des NAINS » comme il aimait à se nommer lui même.
Les plus jeune nains préféraient souvent rester auprès de la cheminée, à écouter les histoires des vétérans. Les histoires les plus appréciées étaient incontestablement celles du vieux Trosken.
Maître Trosken était le dernier des trois chefs et l'ancien maître de Naindefer. Dès les premiers soirs, Danthorïn devint son auditeur préféré, aussi ce ne fut une surprise pour personne lorsque Trosken annonça sa décision de prendre le jeune Danthorïn sous sa propre tutelle.
Disciple d'un maître NAINS, Danthorïn commençait sa progression au sein du clan.

Quelques semaines après son intégration, Danthorïn eut droit à de nouveaux voisins de chambrée. D'abord Helmut, un jeune et solide nain, débarqua de bon matin et fit un carnage lors de son test à la hache. Personne n'avait abattus autant de cibles en si peu de temps lors du test d'entrée dans toute l'histoire des NAINS !
Quelques semaines plus tard c'était le grand frère de Helmut, Borador, qui débarquait pour s'engager à son tour. Et il ne faisait rien de moins que battre le record de son frère. Ils se faisaient alors appeler partout dans le palais « le duo des terribles ».
Enfin, deux autres jeunes arrivèrent pour compléter une promotion déjà bien partie pour être exceptionnelle. Ils répondaient aux noms de Bouletdu78, un drôle de nom il est vrai, et Vivis92strr, pas moins original. A croire que leurs parents s'étaient entendus.

Dès lors Evadakedavra annonçait à ses élèves la création officielle de l'académie militaire NAINeS dont ils seraient la première promotion... Ils en furent aussi la plus terrible.
Le pauvre Evadakedavra eut bien du mal à canaliser ses élèves, incapables de réfléchir et tout juste bon à foncer sus à des ennemis, souvent bien trop forts pour eux. Petit à petit, toutefois, ils réussirent à s'en sortir un peu mieux. Evadakedavra commença à moins fréquenter la nainfirmerie, et le groupe devint plus ripailleur que jamais.
Le trio formé par Danthorïn, Helmut et Borador devint une calamité pour Yuri, un nain d'âge mûr nommé stratège du clan qui tentait tant bien que mal de garder un peu d'ordre dans la forteresse, en cas d'attaque de l'éternel ennemi des NAINS, le groupe de chaotiques qui se faisait appeler « Wild'n Gore Tribe ». Le trio réussit même à voler les livres de sorts du stratège, pendant qu'il avait le dos tourné, et Danthorïn, en tentant l'une des invocations écrites dans le manuel du feu, réussit à faire s'effondrer une tour de garde.

Un mois privé de dessert plus tard, « la promotion des jeunes tarés » ainsi nommée par Evadakedavra, son non moins tête brûlée de chef, fut officiellement admise au sein des forces armées des NAINS.
Après les avoir l'un après l'autre décoré d'une belle médaille en Airain, Logibics conduit les jeunes nains vers les étables du clan où de jeunes griffons attendaient chacun d'entre eux. Celui revenant à Danthorïn était évident. Au beau milieu des autres se dressait un griffon particulier, sa crinière était embrasée. Le feu qui luit alors dans le regard de Danthorïn n'allait plus le quitter de longues années durant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Danthorïn, Lorndor (revus)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MES PLANS DE RESEAU REVUS VOTRE OPINION

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Nouveaux Héros D'Elendra :: Quartier du jeu et du flood :: Récits RP-
Sauter vers: